fbpx
  • Livraison gratuite partout au Canada

  • Je m’appelle Caroline, j’ai 33 ans et je suis l’heureuse maman de deux garçons qui sont maintenant âgés de 8 ans et 9 ans et demi.

    D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu être une maman. Venant d’une famille de quatre enfants (je suis la deuxième), je rêvais de cette ambiance qui règne dans une maison lorsqu’il y a plusieurs enfants. Pour moi, des enfants, c’est la vie, c’est de la magie, des rires à profusions, de l’amour pur et sincère! En gros, des enfants, c’est le bonheur! Aujourd’hui, j’ai envie de vous partager comment j’ai vécu mes grossesses.

    J’ai eu mon premier enfant à l’âge de 23 ans et mon deuxième à 25 ans. Je voulais des grossesses rapprochées. J’espérais que mes enfants jouent ensemble, qu’ils aient une belle complicité en vieillissant, comme pour moi avec mes sœurs et mon frère! Pour moi la famille c’est tellement important! Je les regarde aujourd’hui et je me dis que, bien que ce ne soit pas parfait (rien ne l’est), ils ont une superbe relation qui, j’espère, durera dans le temps.

    J’ai adoré être enceinte et j’ai eu le privilège de vivre deux belles grossesses! Je dis privilège, parce que je crois que ça en est un. Ce n’est pas toutes les femmes qui pourront vivre cette chose unique qui nous est réservée. Je crois qu’il faut qu’on se considère chanceuse de pouvoir donner la vie. Et que c’est le plus beau cadeau que l’on puisse faire à une personne.

    Lors de ma première grossesse, la première personne vers qui je me suis tournée pour des conseils a été ma maman.  Soyons franches, je crois que comme fille, nous avons à peu près toutes ce réflexe. C’est notre première fois, on peut vivre de l’insécurité par rapport aux mois qui viennent et on veut aussi partager ces beaux moments avec celle qui l’a vécu avant nous. Elle est bien souvent notre modèle. C’est tout à fait normal! Par contre ma maman ne m’a pas été d’une très grande aide. Je crois sincèrement qu’elle m’a donné ce qu’elle a pu, avec ses limites à elle et je le comprends aujourd’hui.

    Les débuts de cette grossesse ont été particulièrement difficiles! Comme une bonne majorité de femmes, j’ai eu beaucoup de nausées! Quand je dis beaucoup, pour vous donner une idée, je me souviens d’un matin où je suis montée dans l’autobus et où j’ai été malade durant tout le trajet! Trajet qui durait environ 45 minutes! Toutes les odeurs me donnaient mal au cœur, c’était épouvantable! (Soyez sans crainte, si jamais cela vous arrive, elles disparaissent généralement vers la fin du premier trimestre, heureusement!)  Bref, malgré le fait que j’ai eu des nausées et vomissement jusqu’à ma 16eme semaine de grossesse, j’étais en forme. Je m’entraînais, tout allait bien à ce niveau-là. J’adorais sentir mon petit coco bouger dans mon ventre, pour moi c’était des moments magiques!

    Là où je vous dirais que ça été un défi pour moi est au niveau des changements corporels, de la prise de poids. Il faut que vous sachiez qu’à l’époque, je souffrais du «syndrome de la balance». Il m’arrivait donc de me peser environ 5 fois par jour et du moment où je prenais une livre, c’était la panique! Je vous laisse donc imaginer ce que ça été pour moi, de voir que mon poids augmentait sur la balance et que je n’avais aucun contrôle sur la situation. Je me répétais sans cesse que le tout était normal, que je devais prendre du poids pour la santé du bébé.  C’était tellement intense par moment que, même s’il m’arrivait d’avoir des «envies» de manger telle ou telle chose, je ne les mangeais pas. Je m’assurais d’avoir des lunchs équilibrés au travail. J’étais contente quand, à 20 semaines, on me disait que ça ne paraissait pas du tout que j’étais enceinte. Imaginez! Et à un moment, ce qui devait arriver arriva! Je me suis mise à faire de la rétention d’eau, donc j’ai pris beaucoup de poids. À la fin de ma grossesse, j’étais tellement enflée que lorsque j’appuyais sur la peau de ma cheville, l’empreinte de mon doigt restait enfoncée. En tout pour cette grossesse, j’ai pris environ 50 livres. 50 livres qui ont été perdues au fil des mois après mon accouchement. Étrangement, je ne me suis pas mise de pression pour cela. Je crois que j’ai évolué à travers ma grossesse, surtout à la fin, pour finalement voir les choses différemment. Mon corps avait fabriqué un petit être humain merveilleux! Je me suis dit qu’il pouvait bien porter les traces de celui-ci. Donner la vie, c’est accepter de donner une partie de nous.

    Ma deuxième grossesse a donc été bien différente. Je n’ai eu aucune nausée. J’ai rangé la balance dès le début. J’y montais seulement pour mes suivis de grossesse à la clinique médicale. J’ai aussi choisi, pour cette grossesse, de ne pas être suivi dans une clinique de gynécologie où je me suis sentie comme un numéro, mais plutôt dans une clinique où je me sentais comme chez moi. Le médecin qui me suivait, même si j’avais attendu deux heures dans la salle d’attente, prenait le temps de répondre à mes questions, de m’informer sur les changements que je pourrais vivre. Je crois que de simplement avoir pris cette décision a fait que j’ai vécu ma grossesse de façon plus sereine. J’ai aussi eu un accouchement plus serein. J’ai réussi à ne pas prendre l’épidurale grâce à un médecin de l’équipe. Je vous ferai le récit de mes accouchements dans un prochain article si ça vous intéresse!

    Donc si je peux vous donner un petit conseil, à vous futures mamans. C’est certain que vous vivrez des périodes d’insécurité et de questionnement. Prenez le temps de vous entourer de personnes positives qui pourront répondre à vos questions, peu importe qui ce sera. L’important, c’est que vous vous sentiez en confiance! Prenez aussi le temps de choisir le médecin ou la clinique où sera fait votre suivi de grossesse. Souvent, ça fait toute la différence! Et surtout, acceptez que votre corps changera! Notre corps est une puissante machine! Il sait exactement quoi faire la plupart du temps, alors faites-lui confiance!

    Je vous souhaite sincèrement de vivre une ou des grossesses sereines et pleines de joie!

    Caroline Gauthier
    Maman de deux petits bonhommes

    10 cafés et restaurants « kids-friendly » à Montréal

    10 cafés et restaurants « kids-friendly » à Montréal

    Vous avez de la difficulté à trouver un endroit où prendre un café, travailler ou partager un bon repas entre amis, tout en faisant le bonheur de votre enfant? Nous avons pensé à vous et nous vous présentons aujourd’hui nos cafés et restaurants « coups de coeur » pour amuser vos enfants et vous détendre à la fois dans la grande région de Montréal.

    La première visite chez le dentiste

    La première visite chez le dentiste

    L’association dentaire canadienne recommande la première visite dans les 6 mois après l’éruption de la première dent en bouche ou avant l’âge de 1 an.

    Au Québec, les examens dentaires annuels sont couverts par le régime public d’assurance maladie jusqu’à l’âge de 9 ans.

    Votre petit a déjà soufflé sa première bougie et il n’a toujours pas vu un dentiste? Pas de panique! Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Prenez rendez-vous avec votre dentiste sans plus tarder!

    NE MANQUEZ RIEN DE L’UNIVERS MABY

    Inscrivez votre adresse courriel pour vous abonner à notre infolettre et ne rien manquer de nos nouvelles, promotions et collaborations spéciales ! Recevez un code promo de 15% de rabais à appliquer sur votre première MABY Box !

    You have Successfully Subscribed!